Posts tagged "politique"

Cantona : “on veut nous terroriser pour défendre une politique de bas étage”

"On vit dans un état complètement mafieux" a aussi relevé l’ancien footballeur devenu acteur. C’était mardi sur le plateau du Grand Journal de Canal. On est loin d’une gauche de salons et de couloirs et une révolution ne serait pas pour lui déplaire. Via FullHdReady

Le droit à l’avortement et le droit à la liberté de pensée ne sont donc pas garantis par l’Union européenne…

François Mitterrand : “(…) moi, je suis un homme libre”

26 octobre 1916 - 8 janvier 1996. L’homme, sa complexité de personnage de roman, et son talent politique restent fascinants. Le bilan de son action est quand même plutôt mitigé entre indéniables avancées et renoncements certains. Celui qui avait aussi dit : “On ne peut rien contre la volonté d’un homme”, aurait affirmé “Je suis le dernier des grands présidents”. Pour l’heure l’Histoire lui a plus que donné raison…

"Les Créateurs de Possibles"

Le truc de l’UMP, je m’en tape, m’en fiche et m’en contrefiche. L’analyse ici de @epelboin et @MryEmery est des plus convenues. Je n’insisterai même pas sur la tentative de mensonge du pouvoir sur le succès de son site (Apparu qui confond 60000 pages vues et ses pauvres 2000 visiteurs #moiaussijefausseunpeu). Mais on ne me surprendra pas à aller refiler des données à la machine liberticide pour “débattre” avec les laquais de l’Empire et quelques pauvres hères trop cons pour voir la réalité.

De telles pseudo-discussions ne me (nous ?) méritent pas. Et contrairement à l’analyse  mollassonne de marketeux centristes, je dois dire que de voir exploser leur gadget sous les coups de bidouilleurs me tordrait de rire et ne serait qu’un prêté pour un vomi. Les suggestions faites dessus, qui émergent déjà ici ou là sur le web, entre bisounourseries et poujadisme néo facho ne suscitent d’ailleurs que rire et/ou mépris.

Ces mecs-là, ce pouvoir-là nous ont déclaré la guerre; ne l’oublions pas. On ne discute avec un tel ennemi qu’au moment de le gracier, et encore…

Dans le flux des liens, patatras: deux monceaux de bêtise servile (et intéressée) me sont tombés sous les nez que je porte à à la fois fort grand et fort beau. Un tel tissu inepte qu’il pourrait mériter de faire long et plus argumenté. Mais 1) j’ai la flemme 2) de tels gougnafés ne méritent guère mieux que d’être balayés d’un revers de main.

Pour le premier, comme le notait le blogueur dagrouik, les bras peuvent en tomber de lire le mépris outrecuidant du barbichu Joffrin qui vit, comme le rappelle une polémique actuelle sur le sujet alors que les pure-players entrent dans la danse (éléments ici et ), au service de la finance mais largement sur nos deniers au travers des subventions.

Donc l’éditocrate de feu Libération nous affirme son soutien au rapport Zelnik (affaires de famille puisqu’il est le producteur de Carla Bruni) et à ses tombereaux de stupides préconisations (plus de détails en cliquant), éructant comme le servile serviteur qu’il est des pouvoirs et intérêts. Non au gratuit hurle en substance ce has been de tout et d’abord de ce qu’il ose prétendre être son métier. Ce nuisible répand donc sa bave sur les présidentielles talonnettes convoquant le mot “Juste" (tu peux cliquer et lire le détail mais c’est à Rotschild que ça rapporte ;-) ) pour se ranger derrière la déclaration de guerre de l’occupant de l’Elysée aux internautes et à plus de gens encore.

Autre nouveau chien de garde, un sombre raté de la radio publique : Patrice Bertin qui semble plus avoir une carrière de couloir que de terrain (sans mauvaise foi, c’est qui se mec pour parler ?). Je n’épiloguerai pas sur le tentative de donner des leçons de la part d’un quarteron de blogueurs d’horizons divers (leur motion de synthèse par là) opposés à l’initiative d’un No sarkozy Day le 27 mars qui semble tomber à plat. Non là on franchit une étape avec le petit valet de la Maison de la Radio (notre salarié à vous et moi et non pas au nain élyséen comme l’a affirmé cette semaine cet autre astre de la pensée qu’est ce pitre de Philippe Val).

Le petit roquet manie l’invective et se veut dont ne sait quelle élite pour édicter ses préceptes nauséeux. Méfiance du peuple et critique des faux penseurs venant de quelqu’un qui n’a dû avancer que le pantalon baissé, voilà ainsi son propos synthétisé (la déjection en version longue est ). Une bonne raison de soutenir le NSD que cette logorrhée de pseudos élites corrompues qui méritent autant d’être désavouées qu’elles l’avaient été au moment du référendum européen où leur attitude les avait d’emblée disqualifiés (avant le vote de députés félons et donc illégitimes).

A lire ces deux exemples, on ne peut qu’être légitime à s’interroger sur la nécessité de voir survivre de tels médias inféodés qui réclament protection et subsides pour survivre aux tournants qu’ils n’ont pas su prendre. Si on les trouve tant du côté d’Hadopi (Joffrin ici tandis que l’autre ne se cache pas de se coucher en sarkozie) n’est-ce pas parce qu’ils sont placés sous un même régime, appartenant aux copains du pouvoir qui tendent la sébile d’une main, font marcher  le tiroir caisse de l’autre et aboient leur credo libéral de la bouche ?

Puisque je ne suis pas à une contradiction près, je rappelle que le 1er février un concert de soutien à l’Humanité (qui touche aussi aides et subventions,  je sais:D), qui n’est pas “mon” journal mais que lisais parfois papa Donjipez, est organisé au Bataclan à Paris (clic, clic, clic).

Ca aura déjà une autre légitimité que Copenhague et son impossible équation entre servir les intérêts du libéralisme et la nécessité de reposer les choses à plat (via @netlibertaire)

Sarkozy a péché… et Carla le sait

Obsèques de Philippe Séguin. Comme d’habitude, le tout-petit-président oublie toute retenue républicaine pour se confire en dévotions. Et là le scoop : il avoue. “J’ai péché”, reconnait-il. On le savait hein. Mais le regard de Carlita en dit long. Plus que sa mine défaite encore. On appelle ça de l’eau dans le gaz… En attendant la prochaine opération de com’ bien sûr.

Vue ici et ici

Branle-bas de combat hier soir sur Twitter. Me reconnectant depuis le boulot, je m’aperçois que ça #tweest dans tous les coins. Quoi que c’est m’interloque-je ? Vite mis au jus, on m’apprend que quelques tenants des ordres en place sont réunis en raout pour voir défiler les tweets ainsi taggés et s’auto congratuler sur la web démocratie. Un truc du genre quoi. Heureusement, que quelques malins ont vite détourné la chose pour un peu de LoL initial sur le mode d’un “cass’ toi pov con” collectif.

N’empêche que Le Post et la Netscouade (ça vaut le coup de creuser un peu ce que peut être une telle agence) à l’origine du bidule viennent de réinventer l’eau tiède et le concept de l’entre-soi politico-médiatique. Rien de neuf quoi si ce n’est un bon retour en arrière recolorié en 2.0 voire plus si affinités.

Une page de ce site qui, à côté d’hypothèses intéressantes, a surtout pris le parti de monter en une du fait divers et du pipole et conçoit le journaliste comme un deskeur-recopieur d’infos produites par d’autres agences ou rédactions, ou bien fournies par le fil des commentateurs et blogueurs associés comme soutiers sans solde et aux dérives parfois patentes, est consacrée à ce tweest again à (contre ;-) ) Moscou. On y suit donc l’activité twitteuse d’un quarteron bien peu légitime.

Un oeil dessus suffit pour piger la base du bidule (c’est là, vous verrez vous-mêmes) : comme au bon vieux temps les politiques et les journalistes en élite éclairée et le reste des pécores en suiveurs de leurs gazouillis convenus. Un deuxième coup d’oeil plus insistant et on découvre que ne sont présentes que les forces politiques de la pensée unique et du combo UMPS.

Côté médias c’est la même chose : une liste de titres et journalistes parisiens de l’entre soi et des collusions, pas de représentants de la PQR, pourtant peu encline à la déviance idéologique, ni de journalistes indépendants; ceux qui depuis un blog, un petit site ou une publication de moindre renom font en réalité un travail de fond, de mise en perspective et/ou de révélation. Le fail est visible. Et je ne parle même pas des blogueurs ou de l’internaute lambda. Participatif mon cul quoi.

Sur Owni.fr, Enikao détaille plus longuement ce concept, auquel il se dit bizarrement (?) favorable (clic, clic, clic). Je dis bizarrement car les explications développées vont toutes dans le sens immédiatement lisible d’une mise en avant du flux - loin d’être le plus intéressant - des professionnels de la profession, qu’elle soit politique ou journalistique. Une sorte de création d’une nouvelle éditocratie aux côtés d’une “élite” ouébienne de la pensée (et de l’action) molle et désavouée.

Affligeant. Et voué à l’échec face à un internet libre dont les sources et développements reposent sur le sens contraire de ce tableau des élèves de “bonnes familles”. Je n’y vois pas l’once d’un intérêt, pouvant regrouper, par exemple, certains flux twitter concernés via des listes. Le pire c’est que cela pourrait s’annoncer contre-productif dans les combats à venir avec le constitution d’une sorte d’establishment bis des thuriféraires du “ne rien changer” qui vont tenter d’attirer bientôt, je prend les paris, quelques blogueurs aussi réputés qu’imbus et suffisants.

La réaction ne s’est d’ailleurs, et donc, pas faite attendre puisque dans un beau délire collectif le “vrai” web a retourné la situation pour se gausser de ceux qui prétendent le contrôler ou/et lui donner des leçons en voulant y retrouvé une position dont ils ne se sont pas encore résolus à accepter la perte définitive à force de servilité (voulue ou subie).

"Je veux combattre le communisme mais comment ?… Avec de vrais dollars" - Affiche années 50, USA - La droite a toujours eu recours à la propagande pour intoxiquer et faire payer par tous le combat contre les ennemis (réels ou supposés) de la classe dominante…

"Je veux combattre le communisme mais comment ?… Avec de vrais dollars" - Affiche années 50, USA - La droite a toujours eu recours à la propagande pour intoxiquer et faire payer par tous le combat contre les ennemis (réels ou supposés) de la classe dominante…

Retour de l’ordre moral. Voilà le CSA qui n’a rien de plus important à faire que de demander la censure d’un clip. En plus de tout le bien que je pense de The Dead Weather (ici par exemple), on remarquera une foid encore que le fond de l’air sarkozyste est un pétainisme à relents hygiénistes. (Clip à suivre)

Périlleux précédents et sérieuses menaces sur les libertés numériques, la liberté d’expression et, somme toute, les libertés publiques.

-Un point très exhaustif: Internet et libertés sur Acrimed
« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs »

La procédure visant nos archi-terroristes de l’ultra-gauche anarcho-autonome de la cellule invisible de l’épicerie de la rue du tilleul de Tarnac pourrait être purement et simplement annulée !

Il est plus que temps de dire NON ! Et donc de répondre oui à cet appel